2014/02/12

2014 02 12 "Donner du sens : quelles sont les valeurs de l'entreprise de demain ?" Michel Saloff Coste HEC


Visualisez ce message en ligne 

HEC Paris
HEC Au Féminin
Pôle Développement Durable
Groupement Management & Ressources Humaines

Dans le cadre du cycle "REINVENTER L'ENTREPRISE" et pour le lancement du nouveau projet d'HEC Paris"SOCIETY & ORGANIZATIONS"HEC Au Féminin, le Pôle Développement Durable et le GroupementManagement et Ressources Humaines, avec le support de Bernard Ramanantsoa (MBA.76), ont l'honneur de t'inviter à une conférence-débat sur le thème :
"Donner du sens : quelles sont les valeurs
de l'entreprise de demain ?"


Mercredi 12 Février 2014 à 19h (accueil à partir de 18h30)
Lieu sur Paris à confirmer
Recherche de sens, développement des réseaux sociaux et du collaboratif, besoin d'engagement et d'impact positif : notre société connait un profond bouleversement de ses valeurs et de ses repères, une transition qui remet en question le rôle traditionnel de l'entreprise et les règles de management qui la régissent.
Viens découvrir, au cours d'une conférence collaborative et à travers les expériences et les travaux de trois éminents intervenants, les changements de valeur dans notre société et dans l'entreprise du futur :
  • Mercedes Erra (H.81), ancienne présidente d'HEC Alumni, Présidente Exécutive de Havas Worldwide et Fondatrice de BETC,
  • Michel Saloff-Coste, prospectiviste, président de l'ONG "Design Me a Planet", auteur du livre "Le management du 3ème Millénaire",
  • Rodolphe Durand, (H.93, D.97), professeur de stratégie à HEC Paris, à l'initiative du projet "Society & Organizations", auteur de "La désorganisation du Monde",

...vont nous permettre de comprendre les valeurs émergentes du monde professionnel et le sens que les entreprises peuvent redonner à leur place dans notre société.
Quel rôle pour HEC Paris?
Cette conférence sera également l'occasion de présenter le nouveau projet d'HEC Paris "Society & Organizations" et le rôle clé qu'HEC et son réseau sont amenés à jouer dans cette transition vers de nouvelles valeurs.
Ces sujets donneront lieu à plusieurs débats participatifs qui te permettront d'échanger ton point de vue, ton témoignage et tes questions avec les participants et les intervenants.
La conférence sera suivie d'un cocktail pour poursuivre les échanges autour d'une coupe de champagne.


Attention ! Places limitées. Inscription et paiement en ligne obligatoires.
Hélène de Saint Front (H.09),
Myriem Nieres Tavernier (H.98),
Priscilla Roze Pages (M.13),
Evelyne Kuoh (H.84),
Bénédicte Champenois-Rousseau (H.88), sociologue, Présidente d'HEC Au Féminin
Brigitte Dubreucq, (H.79) pour le Groupement Management et Ressources Humaines
Jérôme Bertin (M.04) pour le Pôle Développement Durable





DONNER DU (BON) SENS : LES VALEURS DE L’ENTREPRISE DE DEMAIN

De Hélène de Saint Front (H.09) et Claire Berthier (H.08), 18 Mars 2014
Inscrite dans le cycle “Réinventer l’Entreprise”, cette conférence a réaffirmé le fort intérêt que portent les alumni aux enjeux du monde de demain et au sens que nous voulons lui donner. Car les dirigeants, actuels ou futurs, ont la responsabilité de le construire.
Dès son introduction, Henri de Castries (H.76), PDG d’Axa, souligne le profond changement que nous sommes en train de vivre au sein de notre monde et des entreprises, qu’il compare à l’invention de l’imprimerie en son temps. Pour franchir ce cap et s’adapter à la complexité d’un monde en mouvement, l’entreprise doit savoir se préparer. Pour lui, “les valeurs sont l’ADN de l’entreprise. Elles sont capitales pour créer un fort esprit d’entreprise”. Ce défi d’anticipation et d’adaptation, Axa a su le relever en s’appuyant sur des valeurs profondément humanistes : confiance, respect, diversité et responsabilité.
Ce soir-là, trois passeurs de l’ancien paradigme au nouveau nous ont fait part de leurs travaux et de leurs expériences : Mercedes Erra (H.81), présidente exécutive de Havas Worldwide et fondatrice de BETC ; Michel Saloff-Coste, prospectiviste, président de l’ONG “Design Me a Planet”, auteur du Management du 3e millénaire ; Rodolphe Durand (H.93 et D.97), professeur de stratégie à HEC Paris, à l’initiative du projet “Society & Organizations”, auteur de La Désorganisation du monde.
LES VALEURS DU FUTUR ET LE FUTUR DES VALEURS
Qu’est-ce qu’une valeur ? D’où viennent-elles ? Michel Saloff-Coste les définit comme “ce qui nous anime, là où l’on met son action”. Selon lui, il faut en distinguer deux types : les“aspirationnelles” vers lesquelles on tend, et les “organisationnelles”, définies par le système et les organisations auxquelles nous appartenons et par la structure sociologique dans laquelle nous évoluons.
Or nous sommes en pleine révolution : “Le monde est en train de vivre le passage de l’ère de l’industrie-commerce à l’ère de la création-communication.” Les valeurs fondamentales qui structuraient l’ancien temps sont profondément remises en question. “De nouvelles valeurs émergent, comme l’unicité dans la diversité, la recherche de la singularité, s’enrichir de la différence, la conscience planétaire.” Des valeurs jusqu’ici aspirationnelles deviennent une réalité, comme le montre l’explosion du collaboratif sur Internet ; Wikipédia devenant le symbole de cette ère comme l’encyclopédie de Diderot était celui de l’ère précédente.
Ce qui explique le chiffre qu’avance Mercedes Erra : 70 % de la population pense que la crise n’est pas économique mais que c’est une crise des valeurs. Ce qui entraîne des changements profonds dans nos modes de consommation : “La crise est une bonne chose car on observe la sanction de comportements qui ne devraient pas exister. La crise éloigne de la valeur consommation, avec un retour à une certaine simplicité, l’envie d’acheter de bons produits à une entreprise qui se comporte bien et traite bien les gens qui travaillent avec elle.”
ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION DES ORGANISATIONS
Comme le démontre Rodolphe Durand dans ses travaux, ce sont principalement les organisations et leurs structures qui définissent nos valeurs. Or “avec la multiplication des organisations auxquelles nous appartenons, nous arrivons à des contradictions entre les différents systèmes de valeurs parfois antagonistes, par exemple dans l’entreprise et dans la famille”. Ces conflits sont autant de source de stress et de crise de sens. Il y a donc un réel besoin de retrouver une cohérence et de changer de modèle d’organisation, sans pour autant faire table rase des valeurs attachées à la “tradition” au profit de la “modernité”. Comme le souligne Michel Saloff-Coste, les“anciennes valeurs ne doivent pas disparaître, car elles servent de base à l’émergence de nouvelles valeurs. Il faut trouver une synthèse, aller vers le ET plutôt que le OU”.
ALIGNER SES VALEURS ET “REPRENDRE LE MONDE”
Réussir cette synthèse entre ancien et nouveau paradigme passe d’abord, selon Rodolphe Durand, par une réappropriation individuelle des valeurs. Il s’agit d’une “reprise” du monde dans lequel nous vivons, avec “la responsabilité pour chacun de conscientiser ses valeurs, puis de réagencer ses appartenances en fonction” : résister aux pratiques, reprendre en main le monde, le raccommoder et l’ajuster à nos valeurs. Il faut donc faire preuve de courage et s’entourer de personnes partageant nos valeurs. D’où l’émergence de nouveaux modèles d’organisation : entrepreneuriat social, bénévolat d’entreprise, etc. On cherche ainsi à reconstruire du sens dans des organisations qui nous sont propres et dont les valeurs s’accordent avec les nôtres.
Michel Saloff-Coste souligne ce besoin de trouver les contextes sociaux qui vont nous porter et nous permettre de réussir car “les valeurs sont viscérales et un décalage est source d’échec”. Il montre que 70 % des opérations de fusion-acquisition échouent faute d’avoir porté suffisamment d’attention à cette question. Avant de conclure : “Aligner ses valeurs, c’est une question de santé !”
RETROUVER LE (BON) SENS DANS L’ENTREPRISE
Mercedes Erra fait écho à cette thématique des valeurs : la cohérence des valeurs est clé, et au-delà, ce qui est crucial, c’est de donner un sens, une vision à l’entreprise. La demande de sens, émise par les gens, qui existait avant la crise et ne fait que s’accentuer, exige des dirigeants d’entreprise de se poser des questions essentielles : à quoi servent mon entreprise, ma marque et mon métier ? En quoi peuvent-ils s’améliorer et rendre le monde meilleur ? En quoi mon entreprise peut-elle susciter du progrès social ? Dans le futur “les gens qui gagneront seront ceux qui auront eu le courage de se donner un sens”, et de mettre leurs valeurs au diapason. Pour elle, le sens de l’entreprise et de son métier détermine ses valeurs. Prenant pour exemple l’entreprise qu’elle a fondée, BETC, elle explique que sa tension vers la qualité créative l’a emmenée vers des valeurs de bon sens : exigence, goût du travail en équipe, respect de l’humain – une nécessité pour porter plus haut le talent. “Ce qui compte et fait la différence, c’est de faire son travail formidablement bien.” Chez BETC, pour bien faire son travail, les valeurs humaines sont donc de bon sens : “ce qui compte c’est le produit, pas les egos. Il faut de l’humilité, du courage, de la persévérance, être respectueux pour bien travailler ensemble, faire confiance à l’intelligence des gens et surtout être à l’écoute”.
Et, dans l’entreprise comme en publicité, “on ne peut pas forcer les choses, mais il s’agit plutôt d’inspirer les gens, de les faire rêver, qu’ils aient le sentiment de participer à quelque chose de grand, de beau, et de passionnant, bref de les emmener.” Comme BETC l’a si bien fait avec Evian (la jeunesse) ou avec Air France (faire du ciel le plus bel endroit de la terre). Et de conclure pleine de bon sens “ça marche mieux quand on tire les gens vers le haut que quand on les ramène vers le bas”.
Le mot d’ordre est donné : Sens, cohérence et humanité, sont les clés d’un leadership retrouvé.

____________________________________________________________________________









QUESTIONS A MICHEL SALOFF COSTE :

1- Vous avez étudié en Europe, en Amérique et en Asie les valeurs..
 Comment évoluent les valeurs et les facteurs qui ont déterminé leur émergences ? 

2- Que deviennent alors les anciennes valeurs?

3- Avec DMAP et In Principo vous organisez des ateliers collaboratifs pour définir le futur des organisations, quelles sont les implications pour l'entreprise de ces nouvelles valeurs et comment peuvent elles s adapter ?

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plan

1      Qu'est-ce qu'une valeur ?
2      Histoire des valeurs.
3      Les valeurs aujourd'hui.
4      Prospectives sur l'évolution des valeurs.


 Vous avez étudié en Europe, en Amérique et en Asie, les valeurs……..
 Comment évoluent les valeurs et les facteurs qui ont déterminé leurs émergences ? 

1 Les valeurs c'est quoi ?
Les valeurs c'est tout simplement ceux à quoi nous donnons de la valeur.
Les valeurs sont le point focal de nos motivations et donc de nos actions si nous sommes cohérents avec nous même.

Il faut cependant distinguer :
Les valeurs aspirations : celle que nous aimerions avoir mais que nous ne mettons pas en action.
Les valeurs opérationnelles que nous activons.
Les valeurs qu'une civilisation, une culture, un pays, une entreprise intègre structurellement dans ses systèmes opérationnels.

2 Histoire des valeurs.
Les valeurs ont toujours existé et ont toujours évolué plus ou moins lentement. Cependant la prise de conscience sociologique de ce qu'est une valeur, la compréhension des différents systèmes de valeurs, est très récente à échelle de l'histoire humaine.
Le monde traditionnel a tendance à considérer les valeurs comme un fait transcendantal. Le système de valeurs serait donné une fois pour toutes dans un contexte religieux et culturel a priori. C'est le contexte moderne, le développement de la sociologie, de la psychologie et même du marketing qui va permettre, surtout à partir des années 50, de préciser, à travers des sondages de plus en plus sophistiqués, la manière dont évoluent les valeurs au niveau individuel et collectif. (Brian Hall et Don Beck)
On observe un lien entre l'activité dominante de l'humanité, le système technique est les valeurs partagées par une société humaine à un moment donné : l'humanité est active des valeurs différentes, dans une tribu occupées par la chasse et la cueillette, un royaume féodal basé sur l'agriculture l'élevage, un État moderne dominée par l'industrie et le commerce.

3 Les valeurs aujourd'hui.
La société moderne s'est construit sur l'affirmation de valeurs comme l'égalité, la liberté et la fraternité en rupture avec les valeurs élitistes et autoritaire de la période féodale.
Le passage de la société industrielle à la société de l'information, la société de création et de communication amène-t-elle une évolution des valeurs de la même ampleur ?
La réponse est oui même si cette évolution se fait très lentement  à l'échelle une vie humaine.

Nous pouvons mesurer le développement tout au long du siècle dernier, et plus particulièrement ces vingt dernières années, de valeurs émergentes nouvelles comme le droit à la différence, l'unité dans la diversité et glissement d'une conscience citoyenne nationale à une conscience planétaire par exemple.
Le professionnalisme et la normalisation très important dans l'ère industrielle font place à une aspiration à l'innovation, à la créativité et à l'épanouissement personnel dans la vie privée comme professionnelle.

Ces valeurs qui ont été longtemps des aspirations deviennent de plus en plus opérationnelles. Les jeunes générations sont très sensibles à la coopération et même à la co-création collective. Dans le même temps cette coopération cette co-création collective à grande échelle est rendue possible par les réseaux sociaux et les sites coopératifs sur internet.
L'encyclopédie de Diderot qui a été symbolique  du passage de l’ère agraire à l'ère industrielle est remplacé par Wikipédia qui est très symbolique du passage à l'ère de l'information mais aussi des nouvelles formes de co-création collective.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Que deviennent alors les anciennes valeurs?

Les anciennes valeurs sont importantes car elles correspondent à des fondations sur lesquelles construire les nouvelles. Cependant pendant les périodes de transitions, on voit souvent apparaître (comme dans le cadre de l'évolution individuelle) des phénomènes de régression mélangés à des pulsions évolutives. Anciennes et nouvelles valeurs rentrent alors en conflit apparent. Cela crée une situation paradoxale et potentiellement chaotique (typique de l'adolescence par exemple).

Nous pouvons observer actuellement une crise profonde des systèmes économiques sociaux et écologiques. Les temporalités de ses différents horizons sont contradictoires. La fantastique réussite de la société industrielle butte sur les limites de la planète.

(La surpêche est un bon exemple 1 % des navires pêche plus de 50 % des poissons est cette flotte fait qui date de moins de 10 ans est susceptible de pêcher l'ensemble des poissons existants en quelques années.)

Le concept de développement durable est une oxymore qui cache pudiquement l’impossibilité d'une croissance matérielle exponentielle sur une planète finie. Les multiples crises de la modernité, crise de sens, crise des valeurs, crise économique sociale, crise écologique ont tendance à créer des replis identitaires et régressifs.

Par exemple aux Etats-Unis alors que les partis démocrates et républicains étaient relativement consensuels à la fin du siècle dernier on voit apparaître aujourd'hui une polarisation croissante. Le projet de société et le rapport au passé n'est plus du tout le même dans les deux camps qui se retranchent sur leur position. Traditionalistes et modernes ont tendance à se fragmenter et à s'opposer au lieu de constituer un continuum bienveillant de valeurs en évolution. C'est le cas  aussi en Europe car on voit réapparaître les tentations populistes extrémistes.

L'actualité est donc marquée par des aspirations nouvelles mais aussi une fragmentation est montée aux extrêmes qui sont symptomatiques d'une période de transition et de possible rupture. Il est urgent d'imaginer le monde d'après pour redonner de l'espoir et une perspective.
Il va falloir faire vite car il n'est pas difficile de montrer que les fondamentalismes traditionnels mais aussi modernes nous amenons vers une catastrophe économique mais aussi sociale et écologique à très court terme.
C'est une occasion fantastique, pour les jeunes mais aussi pour toutes les générations, de créer les structures et les systèmes auxquelles nous aspirions : les sciences permettent aujourd'hui d'inventer un monde nouveau. Nous pouvons repenser l'économie, le social et l'écologie de telle manière que chacun des 7 milliards puisse s'épanouir dans sa créativité, ses dons et créer un développement et une croissance déférente, une richesse et un épanouissement inouï.
Nous y sommes poussés par un terrible bâton du danger la disparition de l'espèce humaine mais nous aussi attirés par une grande carotte : l'espoir de la réalisation de nos aspirations les plus profondes.
Nous avons en effet les moyens technologiques mais aussi philosophiques d'imaginer des évolutions en terme de culture, management, structures et systèmes permettant à chaque être humain de s'épanouir et donner le meilleur de lui-même.

Avec DMAP et In Principo vous organisez des ateliers collaboratifs pour définir le futur des organisations, quelles sont les implications pour l'entreprise de ces nouvelles valeurs et comment peuvent elles s adapter?

4 Le futur.
Que va-t-il se passer et comment envisager le futur ?
Du point de vue scientifique et technique tous les savants s'accordent à dire que les évolutions vont être une fulgurantes.
Les connaissances évoluent de manière exponentielle et les investissements de l'humanité en recherche et développement n'ont jamais été aussi importants.  

Les transformations technologiques permet de réaliser les nouvelles valeurs auxquelles aspirent l'humanité et les rends opérationnelles.
Les institutions les entreprises et les pays qui seront à capables d'anticiper ces évolutions seront marginalisées.
Par contre les premiers à créer les conditions de réussite et de succès a travers de système de structure adaptée seront les gagnants du futur.
Notre rôle en tant que chercheur enseignant et consultant est d'exploré de manière co-créative les évolutions possibles, de donner à voir des chemins positifs et d'accompagner nos clients dans l'extraordinaire transformation qui s'annonce.


A travers ce que nous appelons la stratégie créative de singularité nous aidons les entreprises d'avant garde a créer de nouveaux produits et à concilier l’économie, le sociale et l‘écologie de manière triplement gagnante.