2014/09/27

2014 09 27 Leonardo DiCaprio : «L'humanité regarde le changement climatique comme une fiction»

VIDEO. Leonardo DiCaprio : «L'humanité regarde le changement climatique comme une fiction» 

La
Parisienne
 

leparisien.fr
 
Commenter

Les dirigeants du monde entier ont été appelés à prendre leurs responsabilités face au réchauffement climatique qui menace la planète, lors d'un sommet historique mardi à l'ONU. Ban Ki-moon a reçu le renfort de la star hollywoodienne Leonardo DiCaprio, qui lui a succédé à la tribune pour affirmer que «l'air pur et un climat vivable font partie des droits de l'homme inaliénables» et qu'investir dans les énergies renouvelables «est une bonne politique économique».
«Je vous demande de faire preuve de leadership», a lancé le secrétaire général des Nations unies, à plus de 120 dirigeants mondiaux réunis au siège de l'ONU à New York. «Nous ne sommes pas là pour parler, nous sommes là pour écrire l'Histoire».
«Le changement climatique menace la paix chèrement acquise, la prospérité et les chances de réussite de milliards de personnes», a-t-il souligné à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU. A la fin du siècle, a-t-il ajouté, «nous ne devons pas émettre plus de carbone que notre planète ne peut en absorber».
Il a notamment appelé les gouvernements à abonder de 100 milliards de dollars par an le Fonds vert pour le climat, créé à la Conférence de Copenhague en 2009 mais qui manque cruellement de moyens.
La France a annoncé dans la foulée qu'elle contribuerait à hauteur d'un milliard de dollars à ce Fonds vert. Seule l'Allemagne avait jusqu'à présent mis la main au portefeuille de manière significative, posant elle aussi sur la table un milliard de dollars.
Le discours de Leonardo DiCaprio «Je suis honoré d'être ici aujourd'hui. Je me présente à vous non comme un expert, mais comme un citoyen concerné, comme l'une des 300 000 personnes qui ont marché dans les rues de New York dimanche et des dizaines de millions dans le monde qui veulent régler notre crise du climat.
Comme acteur, je joue des personnages fictifs qui règlent des problèmes fictifs. Je crois que l'humanité regarde les changements de climat, de la même manière, comme si c'était une fiction, comme s'ils n'étaient pas vrais. Mais nous en savons plus que cela maintenant. Chaque semaine, nous constatons de nouvelles et indéniables catastrophes climatiques, qui prouvent que le réchauffement s'accélère. Les pluies, les inondations et la montée des océans s'intensifient. La fonte des glaces n'a jamais été aussi forte, devançant de plusieurs dizaines d'années les prévisions scientifiques.
Les scientifiques, les gouvernements et l'armée le savent. Le chef du commandement de l'océan pacifique de la marine américaine a récemment déclaré : «Le réchauffement climatique est la plus grande menace pour la sécurité mondiale. Plus qu'aucun autre, ce sommet peut devenir historique en prenant des décisions difficiles et capitales, sinon vous serez stigmatisés par l'Histoire. Il n'est pas question d'opter pour des ampoules à basse consommation ou des voitures hybrides.
Les Etats et les industries doivent enfin prendre les bonnes décisions à grande échelle. C'est le moment de l'action. Il faut taxer les émissions de carbone, supprimer les subventions aux compagnies gazières et pétrolières, éradiquer les libertés que les pollueurs se sont arrogées au nom de l'économie de marché. Ils ne méritent pas nos impôts, mais seulement notre vigilance, car l'économie se tuera d'elle-même si nôtre écosystème meurt.
La bonne nouvelle est que les économies renouvelables ne sont pas justes bénéfiques pour l'environnement, elles le sont aussi pour l'économie. Un air propre et un climat vivable sont des droits inaliénables.
Résoudre ce problème n'est pas une question de politique, mais de survie. C'est le message le plus urgent. Désormais c'est à vous les Etats, de répondre au plus gros problème de l'humanité. Nous vous vous supplions sde le faire avec courage et honnêteté.
Leonardo DiCaprio a été nommé la semaine dernière messager de la paix pour le climat par Ban Ki-moon.