2015/01/30

Le public comprendra la métamorphose de Google dans les sciences du vivant dans 5 ans

 Le public comprendra la métamorphose de Google dans les sciences du vivant dans 5 ans »

Google se métamorphose en champion des sciences du vivant capable de rallonger l’espérance de vie. Cette transformation ne sera perçue par le grand public que d’ici 4 à 5 ans, déclare Laurent Alexandre,  président de DNVision et ancien fondateur du site Doctissimo. 
« Google sera probablement la première intelligence artificielle sur terre » annonce Laurent Alexandre, président de DNAvision. Il a répondu à nos questions à l’occasion de l’événement LeWeb lors duquel il est intervenu le 10 décembre.
La métamorphose de Google
Chirurgien de formation, Laurent Alexandre est également diplômé de Science Po, d’HEC et de l’ENA. Il est le co-fondateur, dans les années 90, de Doctissimo.fr avec Claude Malhuret.
Pour cet expert, ce qui est frappant c’est la métamorphose de Google. « Google est parti d’un moteur de recherche, il est devenu l’un des leaders mondiaux de la robotique, il est entré dans l’intelligence artificielle, dans la santé, et les nano-biotechnologies ou la génétique. C’est la première entreprise de l’univers NBIC, c’est-à-dire l’univers des nano-technologies, des biotechnologies, de l’informatique et du cerveau » liste-t-il.
Un moteur de recherche
Pour autant, cette transformation de Google ne va pas être perçue par le grand public immédiatement. Pour le grand public, Google reste un moteur de recherche et le système d’exploitation Android pour les téléphones portables.
En revanche, dans quatre à cinq ans, « la métamorphose de Google sera suffisamment avancée pour que le grand public voie que c’est une entreprise qui est autant dans les sciences du vivant que dans les sciences de l’information » annonce Laurent Alexandre.
Précocité des diagnostics
Par ailleurs, Laurent Alexandre souligne l’importance du Big Data dans la santé. Les objets connectés, que l’on pourra ingérer, vont modifier la santé des particuliers pour leur permettre de suivre certaines anomalies biologiques très précocement.
« Le Big Data apportera la précocité des diagnostics et la possibilité de traiter alors que les maladies sont encore peu graves » déclare-t-il. Il conclut « en 2050, la modification de l’humanité sera spectaculaire. Nous aurons été modifiés par la médecine et par les nanotechnologies. »
Ce texte a été lu 5891 fois !