2016/10/28

2016 10 27_28 Colloque de l’Institut International de Prospective sur les Ecosystèmes Innovants « Rétrospective sur le futur »


Report du colloque de Prospective « Retour en 2100 »

Les universités catholiques de Lille et Lyon, et l’Institut International de prospective sur les Ecosystèmes Innovants ont préparé le colloque de prospective « Retour en 2100 » qui devait se tenir à Lille les 27 et 28 octobre 2016 pour marquer le 25ème anniversaire de la publication du rapport de Thierry Gaudin : « 2100 récit du prochain siècle ».

Des partenaires d’entreprises, des élus et responsables de collectivités locales, des enseignants - chercheurs et leurs étudiants ayant fait connaitre leur souhait de participer à ce colloque mais aussi l’impossibilité pour eux de se libérer aux dates proposées, la décision a été prise de reporter cette manifestation au printemps 2017.

Nous vous informerons très rapidement des nouvelles dates.


Colloque « Rétrospective sur le Futur » à l’Université Catholique de Lille

A l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de l’ouvrage collectif paru sous la direction de Thierry Gaudin, 2100 Récit du Prochain Siècle, et de sa version courte, 2100, l’Odyssée de l’Espèce, l’IIP organise un colloque qui donnera lieu à des communications et échanges autour du bilan de ces ouvrages. Ils firent en effet date lors de leur parution par leur ampleur et leur sérieux méthodologique, et pour cela, ils sont encore considérés comme fondateurs. Le colloque permettra d’ouvrir des perspectives d’avenir nécessaires à la compréhension des changements en cours et prévisibles, et donc à l’anticipation.








Résolument inscrites dans le monde contemporain, les Universités Catholiques de Lille et Lyon proposent à leurs étudiants un large panel d’enseignements avec des méthodes pédagogiques où l’innovation tient une bonne place. En relation étroite avec leur environnement socio-économique, elles cherchent avec lui à comprendre et anticiper les évolutions du monde afin d’y préparer au mieux leurs étudiants.
Dans ce cadre, elles ont créé l’Institut International de Prospective sur les Ecosystèmes Innovants (IIP) dont le but de rechercher et de partager les éléments de compréhension de l’avenir de nos sociétés.

Apparue dans les années 1930, la prospective a d’abord connu un fort développement dans la période des trente glorieuses ; mais elle a semblé moins écoutée ces vingt dernières années, et peut-être faut-il y voir le signe d’un raccourcissement des perspectives des dirigeants, qu’ils soient politiques ou d’entreprise.
Dans ce contexte, les deux universités, avec leur Institut International de Prospective, ont décidé de relancer la démarche prospective par le biais d’une réappropriation critique de ses méthodes. C’est pourquoi, et sous sa présidence d’honneur, elles organisent un colloque autour de l’ouvrage de Thierry  Gaudin 2100 récit du prochain siècle[1]. Le colloque aura lieu à l’Université Catholique de Lille, les 27 et 28 octobre 2016.

Bref rappel
La prospective se veut une méthode de raisonnement, et non une science, qui porte sur l’anticipation de ce qui pourrait advenir. Elle est structurée autour de plusieurs courants et peut souvent être associée à des disciplines (démarches d’aide à la décision), ou à des méthodes proches, comme la prévision en matière économique. 
-        Aux Etats-Unis, après le travail de William Ogburn et sa « Commission présidentielle de recherche sur les tendances sociales » (1933) puis son rapport sur « Les tendances technologiques et la politique gouvernementale », la création en 1948 de la Rand Corporation, ordonnée autour du progrès technique et des questions militaires, a marqué un tournant décisif.  De la Rand sont issues des méthodes formalisées de prospective (méthode Delphi et méthode des scénarii) et l’Institute for the Future (1968), à l’initiative de trois prospectivistes de la Rand, O. Helmer, T. Gordon et H. Kahn.  L’Academy of Arts and Sciences s’est mobilisée également et crée en 1966 la World Future Society.

-        En France, Gaston Berger a relancé la prospective en 1957 dans un article paru dans la Revue des deux Mondes et Bertrand de Jouvenel a lancé la notion de « futuribles » pour évoquer les « futurs possibles », Futuribles devenant en 1960 à la fois un think tank et une revue. En sont issus un Groupe d’études prospectives puis un Comité international Futuribles, composé de chercheurs, d’industriels, de hauts fonctionnaires (Daniel Bell, Jean Fourastié, Pierre Massé, Michel Crozier…) venus d’une vingtaine de pays. Depuis, plusieurs think tanks ont été créés, tournés vers des publics différents et avec des audiences contrastées.

En France cependant, le travail le plus marquant reste le projet mené sur plusieurs années au Ministère de la Recherche alors dirigé par Hubert Curien. Le résultat en est consigné dans le rapport dont l’ouvrage paru en 1990 sous la direction de Thierry Gaudin est une vulgarisation. Vingt-cinq ans après, il apparait que nombre de prévisions contenues dans « 2100 récit du prochain siècle » ont été validées. On peut citer ce passage : « Pendant les trente prochaines années, on assiste à une lente et générale dégradation, où les riches tirent leur épingle du jeu et les exclus deviennent des sauvages urbains. La température augmente, les océans submergent les plaines côtières, le climat se détériore, les pollutions traversent les frontières. Les armes prolifèrent et se miniaturisent. Les pouvoirs mafieux montent en puissance. Puis, la société réagit par des programmes massifs d'enseignement, d'urbanisme et de reforestation. On construit des cités marines, on aménage l'Himalaya, la Sibérie et le Nord canadien, réchauffés par l'effet de serre. On crée une monnaie mondiale. Enfin vient une époque de libération. Le vingt et unième siècle se présente alors comme le siècle de la femme. On surmonte les interdits religieux. La planète est transformée en jardin. Et, par-dessus tout, l'homme retrouve le chemin de la sensibilité ».
En 1993 paraissait  2100, Odyssée de l’Espèce[2] qui, sous une forme plus concise, explicite les éléments de méthode et esquisse les douze programmes.
Par ailleurs, des points importants ont été manqués, ou des prévisions se sont avérées erronées : comme l’évolution du travail, les mutations politiques, ...


Appel à communication
A l’occasion du 25ème anniversaire de cet ouvrage, et dans le cadre du colloqué évoqué, l’Institut International de Prospective des Universités Catholiques de Lille et Lyon lance un appel à communications centré sur le bilan prospectif de cet ouvrage de référence. « Prospectif » parce qu’il est urgent de s’éloigner des perspectives à courte vue ; « bilan » parce qu’il est nécessaire de renouveler les méthodes à cet effet.
Ces communications devront aborder à part égale l’analyse critique de l’ouvrage de référence et la réflexion prospective du thème travaillé, cette dernière devant s’inscrire dans le cadre d’un projet de recherche, ou de travaux de même nature. Elles intègreront également la complexification des approches constatée depuis une trentaine d’années (cf ci-après quelques références méthodologiques fournies sans souci d’exhaustivité).


Les communications pourront porter sur l’un des 4 grands axes suivants :
1.     Approche de l’ouvrage dans sa globalité : jugement d’ensemble, analyse méthodologique et prospective, et proposition de pistes de recherche.
2.     Approche thématique (à partir des têtes de chapitres de l’ouvrage de Thierry Gaudin), incluant : bilan des éléments prospectifs et réflexion critique sur la méthode utilisée, proposition de pistes de recherche.
3.     Travail sur les points aveugles : repérage d’un ou plusieurs éléments d’importance non évoqués dans l’ouvrage (prospectifs et/ou méthodologiques),  ou dont l’analyse s’est révélée erronée. Détermination des diverses causes de ce manque, et proposition de pistes de recherche.
4.     Réflexion sur les cibles d’un tel travail de prospective : types de décideurs visés, adaptation de la forme à ces cibles, audience effective, réception et mises en œuvre y ayant fait suite, et propositions de pistes de recherche relatives à la prise en compte actuelle de la prospective.


Les responsables du colloque veilleront à ce que la plus grande liberté d’analyse et d’expression soit laissée aux acteurs (intervenants, auditeurs). La forme définitive du colloque, dont les modalités des contributions, seront définies ultérieurement.



Modalités pratiques
Les réponses à cet appel à communication devront mentionner :
-        Nom et prénom
-        Affiliation scientifique et/ou institutionnelle
-        Titre et résumé ne devant pas excéder 3.000 signes
-        Court CV.
Elles devront être fournies au plus tard pour le 29 avril. Elles seront adressées  par courrier à l’adresse indiquée ci-dessous, ou par le biais du site internet de l’IIP :  
http://iip.univ-catholille.fr/

Les communications définitives devront s’accompagner d’une présentation audio ou vidéo résumant les thèmes traités et qui sera mise en ligne sur le site de l’Institut. Les modalités pratiques en seront précisées ultérieurement.
Les communications interdisciplinaires et/ou réalisées en partenariat entre auteurs de plusieurs institutions seront les bienvenues.
Après décision du Comité de lecture, les réponses seront adressées aux auteurs pour le 17 juin.


Adresse postale :
Université Catholique de Lille
Paul de Puybusque/Colloque 2100
60 boulevard Vauban
CS 40109
59016 Lille Cedex

Points de contact :
-        Paul de Puybusque (Lille) : paul.depuybusque@univ-catholille.fr








[1] 2100, Récit du Prochain Siècle ; sous la direction de Thierry Gaudin, Editions Payot, Paris, 1990
[2] 2100, Odyssée de l’Espèce, Editions Payot et Rivages, Paris, 1993.